Joseph Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série

Joseph Vacher éventreur Archives d'un tueur en série

Ce livre marque l’aboutissement de nouvelles recherches sur l’affaire Joseph Vacher, qui a défrayé la chronique judiciaire à la fin du XIXe siècle. La mémoire de cette affaire nous a été transmise par le film Le Juge et l’Assassin (1976) réalisé par Bertrand Tavernier. Derrière les noms de l’assassin Bouvier (interprété par Michel Galabru) et du juge Rousseau (interprété par Philippe Noiret), il y a Joseph Vacher (1869-1898) que l’on désigna en son temps comme un « tueur de bergers » ou encore le « Jack l’éventreur du Sud-Est ». Et derrière le juge Rousseau, il y a le juge Émile Fourquet (1862-1936) qui a mené l’instruction de l’enquête ayant permis de juger Vacher en 1898.

L’ouvrage est composé de deux parties. La première présente l’affaire pour en comprendre les enjeux et proposer une lecture montrant combien la neutralisation d’un tueur en série constitue un défi pour la justice. La seconde est un dossier documentaire. Ce dossier comprend la réédition du livre que l’expert criminologue Alexandre Lacassagne a consacré au cas : Vacher l’éventreur et les crimes sadiques. Ce livre publié en 1899 est ici réédité en intégralité et corrigé sur plusieurs erreurs factuelles. Le dossier permet au lecteur de suivre l’affaire en ayant accès à de nombreuses pièces originales restées une part inédites. Il contient notamment tous les écrits connus de Joseph Vacher, ses interrogatoires, les complaintes chantées au temps de l’affaire et un entretien avec Bertrand Tavernier. Il compte également un cahier iconographique de 96 pages.

Table des matières

Remerciements

PRÉSENTATION
Nécrologe

Première partie: L’ASSASSIN, SES JUGES ET SES MÉDECINS

1. L’enfant des Terres froides
2. Louise. Ô Louise !
3. L’odyssée sanglante
4. Une enquête légendaire
5. La lettre d’aveux
6. De la parole au silence
7. L’épreuve de la folie
8. L’éventreur en pièces
9. Le présent du passé

————————————

Deuxième partie : DOSSIER DOCUMENTAIRE

1. L’enquête par l’archive
Le chemin rouge
À Belley
Dans les prisons de Lyon
La tête du tueur

2. Affaire Joseph Vacher, sa défense par lui-même (1898)

3. Lacassagne, Vacher l’éventreur et les crimes sadiques (1899)
Préface
I. Acte d’accusation
Le crime de Bénonces (Ain)
Les antécédents de Vacher
Les aveux de Vacher

II. Rapports des experts
Étude médico-légale des crimes avoués par Vacher
Affaire de Beaurepaire
Affaire de Vidauban
Affaire d’Étaules ou du Bois-du-Chêne
Affaire de Saint-Ours
Affaire de Bénonces
Affaire de Truinas
Affaire de Saint-Étienne-de-Boulogne
Affaire de Cusset
Affaire de Varennes-Saint-Honorat
Affaire de Tassin-la-Demi-Lune
Affaire de Courzieu
État physique. Attitude dans la prison
Pièces annexées au rapport des experts
Examen de l’oreille par le docteur Lannois
Radiographie par le docteur Destot
Fiche anthropométrique
Autographes de Vacher

III. Vacher devant la cour d’assises de l’Ain, par Étienne Martin

IV. Les rapports médico-légaux sur les crimes avoués
Affaire de Beaurepaire
Affaire de Vidauban
Affaire d’Étaules ou du Bois-du-Chêne
Affaire de Saint-Ours
Affaire de Bénonces
Affaire de Truinas. Tentative de viol (Noyen)
Affaire de Saint-Étienne-de-Boulogne
Affaire de Cusset
Affaire de Varennes-Saint-Honorat
Affaire de Tassin-la-Demi-Lune
Affaire de Courzieu

V. Quels sont parmi les crimes commis depuis dix ans et restés impunis, ceux qui peuvent être avec quelque vraisemblance, attribués à Joseph Vacher ?, par Émile Fourquet

VI. Pièces extraites du dossier
Le vagabondage en France, par Alexandre Bérard
Les transformations de l’impunité, par Gabriel Tarde
Le marquis de Sade et le sadisme, par le docteur Marciat (Tournier)
Le sadisme au point de vue de la médecine légale
Les crimes sadiques
Gilles de Retz, Léger, André Bichel. Deux observations de Demme
Menesclou, Versini et Garayo
Les victimes de Jack the ripper
Ben-Ali, dit Frenchy
Une victime de Jesse Pomeroy, le bourreau des enfants
Piper, le casseur de tête (the brainer)
Affaire du Pont-Laval
L’état d’âme de Vacher
L’exécution. L’autopsie, par le docteur Jean Boyer
Quelques notes sur les autres victimes ou les individus poursuivis à propos des crimes de Vacher
Les vagabonds criminels. Ce qu’il y aurait à faire pour la recherche des coupables
Note complémentaire sur la marquise de Sade, par Marciat (Tournier)

4. Complaintes criminelles (1895-1899)
Le crime du Bois-du-Chêne ou l’abeille qui parle
La complainte de Bannier
La complainte sur le Crime de Varennes-Saint-Honorat
Complainte du Père Bonnassieux
Le tueur de bergers. L’assassin en prison – Les aveux. Nombreux assassinats
Le tueur de bergers (Nasturby)
Grande complainte sur Vacher. Le tueur de bergers
Complainte et historique des crimes de Vacher, le tueur de bergers, dit le « Jack l’Eventreur du Sud-Est »
Complainte sur l’assassin Vacher
Complainte de Vacher (Raoul Ponchon)
Complainte à ce sujet
Un nouveau Troppmann ou le tueur de bergers
Grande complainte sur le tueur de bergers (Marius Rety)
Le tueur de bergers (Nasturby)
Le tueur de bergers (Nasturby)
Vacher l’éventreur
Complainte sur l’exécution du tueur de bergers
Le tueur de bergers. Grande complainte

5. De Vacher à Bouvier
de Bertrand Tavernier (interview)

6. La complainte de Bouvier l’éventreur
de Jean-Roger Caussimon

Index
Sources
Bibliographie

 

Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série, Grenoble, éditions J. Millon, 774 p + 96 pages d’illustrations couleur.

Parution : 7 novembre 2019

Page de présentation sur le site des éditions Jérôme Millon

 

Corpus en ligne : les complaintes criminelles en France (1870-1940)

Complaintes criminellesJean-François « Maxou » Heintzen mène depuis plusieurs années des recherches sur le déclin des complaintes criminelles en France. La complainte est un chant populaire dont les paroles s’appliquent à la description d’un événement tragique, tandis que l’air renvoie à un timbre largement diffusé. Ces feuilles volantes (appelées aussi « canards ») étaient vendues par les colporteurs, les chanteurs ambulants, dans les foires ou sur les marchés. Si la tradition remonte à l’Ancien régime, on a longtemps cru que le genre ne passa pas la charnière du XIXe au XXe siècle, disparaissant sous la vague montante des quotidiens populaires et de leur supplément illustré, puis des magazines illustrés de fait divers (L’œil de la police, Détective, Police magazine). Or, les travaux de J-F. Heintzen démontrent que le genre des complaintes reste actif sinon prospère jusqu’à la veille de la Seconde guerre mondiale. Le corpus qu’il offre aujourd’hui à la consultation en est la démonstration.

Complainte du grand maigre, Le crime de la rue Dulan, La femme coupée en 5 morceaux, Le curé assassin… Des vieillards assassinés, infanticide, fratricide, une jeune fille enterrée vivante avec son enfant, des satyres et des ogresses. Voilà autant de titres et de figures qui servent de thèmes aux complaintes criminelles rassemblées dans la base Complaintes criminelles (1870-1940) que nous venons de mettre à disposition dans le Musée Criminocorpus. La base propose une consultation adaptée sur toute taille d’écran. Son interface est inspirée de notre base collaborative sur le patrimoine judiciaire : HUGO. Patrimoine des lieux de justice (ouverte en mars 2017).

Cette nouvelle base de données rassemble un corpus de 823 complaintes relatives à 426 faits divers commis en France entre 1870 et 1940. Les complaintes sont géolocalisées au lieu du fait divers et une fonction permet d’afficher les faits divers à proximité de l’utilisateur, sous réserve qu’il n’ait pas désactivé la fonction de localisation.

Les timbres et les textes libres de droit seront peu à peu ajoutés ou signalés et mis en lien. L’auteur proposera également à terme quelques interprétations sonores. La base étant collaborative, il est possible d’envoyer des informations à son auteur.

Pour en savoir plus sur le sujet, on ne saurait trop recommander la lecture de l’article de Jean-François « Maxou » Heintzen : « Le canard était toujours vivant ! De Troppmann à Weidmann. La fin des complaintes criminelles (1870-1939) » publié dans la revue Criminocorpus (dossier « Musique et justice » 2013)