Séminaire Criminologiques 2013-2014. Programme des séances

Lieu : EHESS, salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, Bibliothèque François Mitterrand)

Jeudi de 14 à 16 h

Responsable : Marc Renneville (CNRS. Centre A. Koyré)

Le séminaire propose d’explorer dans une perspective interdisciplinaire la construction et la diffusion des savoirs sur le crime et le criminel ainsi que leur rôle dans l’évolution de la législation pénale et l’exécution des peines. Il portera pour l’année en cours sur les rapports entre la justice pénale et la psychiatrie. Cette thématique sera traitée par l’exploration d’études de cas à partir de dossiers d’expertises médico-légales constitués par le docteur Jean Dublineau (1900-1975). Les séances accueilleront en outre des présentations de recherches et des exposés d’étudiants. Une séance sur quatre sera consacrée à la mise en œuvre d’un travail éditorial collectif sur la plateforme web Criminocorpus. Histoire de la justice, des crimes et des peines (http://criminocorpus.cnrs.fr).

Programme des séances

17 octobre 2013 : présentation. Historiographie, thématique et méthodologie

7 novembre 2013 : Atelier web. La plateforme Criminocorpus. Archives de l’anthropologie criminelle

21 novembre 2013 : Une affaire, un cas. Salomé aux assises du Nord (1937)

5 décembre 2013 : Jean-Claude Farcy (CNRS, Criminocorpus), Histoire du crime. Approches et méthodes,

19 décembre 2013 : Une affaire, un cas. Homicides volontaires. Deux cas de figures aux assises du Nord (1937).

16 janvier 2014 : Michel Porret (Université de Genève). Le drame de la nuit. Enjeux médico-légaux et psychiatriques d’un quadruple égorgement maternel commis en mai 1885 à Genève.

6 février 2014 : Jean-Lucien Sanchez (Direction de l’administration pénitentiaire, Criminocorpus), À perpétuité. Relégués au bagne de Guyane

20 février 2014 : Atelier web. Les auteurs des Archives de l’anthropologie criminelle

20 mars 2014 : Une affaire, un cas. Aveux suivis de rétraction aux assises du Pas-de-Calais.  Expertise médico-légale d’une parole coupable (1938)

3 avril 2014 : Une affaire, un cas. L’expertise en question. Regards croisés sur un cas d’internement contesté (1949)

15 mai 2014 : Atelier web. Restitution finale

5 juin 2014 : Bilan de l’année et préparation du séminaire suivant

* Liste de discussion du séminaire

* Contact : marc.renneville(at)damesme.cnrs.fr

Publié dans Séminaires | Commentaires fermés

Les « vrais » Tontons flingueurs (exposition virtuelle)

Les "vrais" Tontons flingueurs“Les Tontons flingueurs” et “Les Barbouzes” font de nos jours référence à des films éponymes bien ancrés dans l’imaginaire collectif. Réalisés par Georges Lautner, scénarisés par Albert Simonin, servis par le verbe imagé de Michel Audiard et les prestations de Lino Ventura, Bernard Blier, Francis Blanche, Charles Millot, ces films donnent à voir une représentation du “milieu” des gangsters de l’après-guerre qui en reprend le vocabulaire, mais pas les manières. Les “vrais” tontons flingueurs s’appelaient Pierre Loutrel dit “Pierrot le Fou”, Jo Attia dit “Jo le Moko” (en référence au film de Duvivier), Abel Danos dit “le Mammouth”, Émile Buisson, René la Canne etc.

Criminocorpus consacre aux “vrais” tontons flingueurs une exposition basée pour l’essentiel sur des documents issus de la collection Philippe Zoummeroff. Tout en revenant sur la complexité d’un moment de l’histoire du “milieu” magnifié par la presse de fait divers, Jean-Claude Vimont retrace des trajectoires individuelles marquées par une violence et des méthodes héritées de la guerre, bien en-deçà de la dérive vers l’imaginaire qui s’opère de manière quasi simultanée à travers l’essor du roman policier puis, un peu plus tard, dans le cinéma de fiction.

Accéder  à l’exposition en ligne

Publié dans Justice pénale | Marqué avec , , | Commentaires fermés

Séminaire Criminologiques. 6 février 2014. Autour de la relégation

Histoire de la relégation en GuyaneLieu : EHESS, salle 2, RdC, bât. Le France, 190-198 av de France 75013 Paris (M° Quai de la Gare, Bibliothèque François Mitterrand)

Jeudi 6 février, de 14 à 16 h

Présentation de l’ouvrage A perpétuité. Relégué au bagne de Guyane, Paris, Vendémiaire, 2013.

Avec Jean-Lucien Sanchez et Danielle Donet-Vincent

La loi du 27 mai 1885 sur la relégation des récidivistes a entraîné, de 1887 à 1953, l’internement à perpétuité de près de 17 894 individus en Guyane française. Cette mesure, unique dans l’histoire du droit pénal français, repose sur une « présomption irréfragable d’incorrigibilité » censée démontrer matériellement le caractère incorrigible d’un délinquant ou d’un criminel récidiviste, sa « dangerosité ». Parce que la prison n’est plus en mesure de les « corriger », les incorrigibles sont désormais éliminés socialement sur le sol d’une colonie. Inadaptés sur le sol de la métropole, les relégués peuvent ainsi y recommencer leur existence et participer à l’enrichissement de l’empire colonial français. Mais les condamnés frappés par cette mesure sont essentiellement des petits délinquants récidivistes coupables de vols simples et de délits de vagabondage. Et, loin de leur permettre de s’installer en tant que colons,  la relégation se transforme sur le sol de la Guyane en une condamnation aux travaux forcés effectuée au sein d’un bagne colonial. Ainsi, comment d’une simple mesure d’exil la relégation s’est-elle transformée en un internement au sein d’un bagne colonial ? Cette séance visera à présenter le fonctionnement de la loi sur la relégation, son application sur le sol de la Guyane ainsi que ses principaux résultats.

Publié dans Justice pénale, Séminaires | Marqué avec , , , , | Commentaires fermés