Histoire de la phrénologie. Le langage des crânes en poche

Histoire de la phrénologie Marc RennevilleAvez-vous la bosse des maths, de la poésie ou de la peinture ? Cet inconnu présente-t-il la bosse du crime ou celle de la ruse ? Au XIXe siècle, certains savants peuvent répondre à ces questions. Et pour le prouver, ils tâtent des têtes de génies (Napoléon…), de criminels (Lacenaire…) et de fous. Leur théorie est vérifiée par l’examen de milliers de moulages et de centaines de crânes récoltés à Paris, à Londres, à Berlin, en Inde et en Océanie. Sûrs de leur bon savoir, les phrénologistes œuvrent pour un monde meilleur, peuplé de génies, de criminels amendés et de fous guéris.
Imaginée par François-Joseph Gall, défendue par de nombreux médecins, politiciens et artistes, la phrénologie oscille entre science légitime et technique divinatoire, avant de tomber dans un discrédit total. Reléguée au statut de science occulte puis longtemps oubliée, elle semble actuellement renaître de ses cendres. Des neurobiologistes contemporains lui rendent justice d’avoir établi le principe des localisations cérébrales, et d’éminents scientifiques estiment qu’elle a été la première science de l’homme rationnelle. Qu’en est-il exactement ?

Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie, Paris, La Découverte, 324 pages.

Parue en 2020, cette nouvelle édition au format poche offre un texte  révisé, enrichi de 17 illustrations, mis à jour pour sa bibliographie et augmenté avec une postface inédite.

La première édition de ce livre a été publiée en 2000 par l’Institut pour la connaissance Sanofi/Synthélabo dans la collection « Les Empêcheurs de penser » dirigé par Philippe Pignarre. Le livre a reçu le prix du meilleur ouvrage de la Société française d’histoire de la médecine (2000).

Voir sur ce site la page de la première édition.

Quand la phrénologie devient science-fiction : La solênopédie ou l’éducation par les tuyaux.

Marc Renneville Solênopédie phrénologie

Publié en 1838 vingt ans après le Frankenstein de Mary Shelley, ce texte rare et méconnu constitue l’un des tout premiers récits de science-fiction française. La maison d’édition Jérôme Millon en propose la réédition avec une illustration originale de Xavier Coste et une postface éclairant le contexte de publication d’un texte qui réserve bien des surprises.

La solênopédie ou révélation d’un nouveau système d’éducation phrénologique pour l’homme et les animaux

Retranché dans un château en ruines, un savant a trouvé le moyen de contrôler le comportement des êtres vivants grâce à une découverte combinant les principes de la chimie, de la pile voltaïque et de la phrénologie. En trépanant les crânes pour stimuler les localisations fonctionnelles du cerveau, le docteur T. considère qu’il œuvre à l’amélioration de l’humanité. Ayant pleinement réussi sur les animaux, il tente d’appliquer sa technique d’éducation-sur six enfants cobayes. L’inventeur n’a révélé le secret de sa découverte qu’à un étranger, en échange de son silence.

Postface « L’éducation future » :

La postface expose les conditions de publication et de réception de la Solênopédie. Elle éclaire le contexte scientifique et littéraire de l’édition originale et établit définitivement l’identité de l’auteur . Oscillant entre canular littéraire et conte moral, la solênopédie est un texte original posant des questions relevant aujourd’hui de la bioéthique.

Présentation du livre sur le site de l’éditeur.

Et pour en savoir plus sur la phrénologie, voir Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie.

Joseph Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série

Joseph Vacher éventreur Archives d'un tueur en série Marc Renneville

Ce livre marque l’aboutissement de nouvelles recherches sur l’affaire Joseph Vacher, qui a défrayé la chronique judiciaire à la fin du XIXe siècle. La mémoire de cette affaire nous a été transmise par le film Le Juge et l’Assassin (1976) réalisé par Bertrand Tavernier. Derrière les noms de l’assassin Bouvier (interprété par Michel Galabru) et du juge Rousseau (interprété par Philippe Noiret), il y a Joseph Vacher (1869-1898) que l’on désigna en son temps comme un « tueur de bergers » ou encore le « Jack l’éventreur du Sud-Est ». Et derrière le juge Rousseau, il y a le juge Émile Fourquet (1862-1936) qui a mené l’instruction de l’enquête ayant permis de juger Vacher en 1898.

L’ouvrage est composé de deux parties. La première présente l’affaire pour en comprendre les enjeux et proposer une lecture montrant combien la neutralisation d’un tueur en série constitue un défi pour la justice. La seconde est un dossier documentaire. Ce dossier comprend la réédition du livre que l’expert criminologue Alexandre Lacassagne a consacré au cas : Vacher l’éventreur et les crimes sadiques. Ce livre publié en 1899 est ici réédité en intégralité et corrigé sur plusieurs erreurs factuelles. Le dossier permet au lecteur de suivre l’affaire en ayant accès à de nombreuses pièces originales restées une part inédites. Il contient notamment tous les écrits connus de Joseph Vacher, ses interrogatoires, les complaintes chantées au temps de l’affaire et un entretien avec Bertrand Tavernier. Il compte également un cahier iconographique de 96 pages.

Table des matières

Remerciements

PRÉSENTATION
Nécrologe

Première partie: L’ASSASSIN, SES JUGES ET SES MÉDECINS

1. L’enfant des Terres froides
2. Louise. Ô Louise !
3. L’odyssée sanglante
4. Une enquête légendaire
5. La lettre d’aveux
6. De la parole au silence
7. L’épreuve de la folie
8. L’éventreur en pièces
9. Le présent du passé

————————————

Deuxième partie : DOSSIER DOCUMENTAIRE

1. L’enquête par l’archive
Le chemin rouge
À Belley
Dans les prisons de Lyon
La tête du tueur

2. Affaire Joseph Vacher, sa défense par lui-même (1898)

3. Lacassagne, Vacher l’éventreur et les crimes sadiques (1899)
Préface
I. Acte d’accusation
Le crime de Bénonces (Ain)
Les antécédents de Vacher
Les aveux de Vacher

II. Rapports des experts
Étude médico-légale des crimes avoués par Vacher
Affaire de Beaurepaire
Affaire de Vidauban
Affaire d’Étaules ou du Bois-du-Chêne
Affaire de Saint-Ours
Affaire de Bénonces
Affaire de Truinas
Affaire de Saint-Étienne-de-Boulogne
Affaire de Cusset
Affaire de Varennes-Saint-Honorat
Affaire de Tassin-la-Demi-Lune
Affaire de Courzieu
État physique. Attitude dans la prison
Pièces annexées au rapport des experts
Examen de l’oreille par le docteur Lannois
Radiographie par le docteur Destot
Fiche anthropométrique
Autographes de Vacher

III. Vacher devant la cour d’assises de l’Ain, par Étienne Martin

IV. Les rapports médico-légaux sur les crimes avoués
Affaire de Beaurepaire
Affaire de Vidauban
Affaire d’Étaules ou du Bois-du-Chêne
Affaire de Saint-Ours
Affaire de Bénonces
Affaire de Truinas. Tentative de viol (Noyen)
Affaire de Saint-Étienne-de-Boulogne
Affaire de Cusset
Affaire de Varennes-Saint-Honorat
Affaire de Tassin-la-Demi-Lune
Affaire de Courzieu

V. Quels sont parmi les crimes commis depuis dix ans et restés impunis, ceux qui peuvent être avec quelque vraisemblance, attribués à Joseph Vacher ?, par Émile Fourquet

VI. Pièces extraites du dossier
Le vagabondage en France, par Alexandre Bérard
Les transformations de l’impunité, par Gabriel Tarde
Le marquis de Sade et le sadisme, par le docteur Marciat (Tournier)
Le sadisme au point de vue de la médecine légale
Les crimes sadiques
Gilles de Retz, Léger, André Bichel. Deux observations de Demme
Menesclou, Versini et Garayo
Les victimes de Jack the ripper
Ben-Ali, dit Frenchy
Une victime de Jesse Pomeroy, le bourreau des enfants
Piper, le casseur de tête (the brainer)
Affaire du Pont-Laval
L’état d’âme de Vacher
L’exécution. L’autopsie, par le docteur Jean Boyer
Quelques notes sur les autres victimes ou les individus poursuivis à propos des crimes de Vacher
Les vagabonds criminels. Ce qu’il y aurait à faire pour la recherche des coupables
Note complémentaire sur la marquise de Sade, par Marciat (Tournier)

4. Complaintes criminelles (1895-1899)
Le crime du Bois-du-Chêne ou l’abeille qui parle
La complainte de Bannier
La complainte sur le Crime de Varennes-Saint-Honorat
Complainte du Père Bonnassieux
Le tueur de bergers. L’assassin en prison – Les aveux. Nombreux assassinats
Le tueur de bergers (Nasturby)
Grande complainte sur Vacher. Le tueur de bergers
Complainte et historique des crimes de Vacher, le tueur de bergers, dit le « Jack l’Eventreur du Sud-Est »
Complainte sur l’assassin Vacher
Complainte de Vacher (Raoul Ponchon)
Complainte à ce sujet
Un nouveau Troppmann ou le tueur de bergers
Grande complainte sur le tueur de bergers (Marius Rety)
Le tueur de bergers (Nasturby)
Le tueur de bergers (Nasturby)
Vacher l’éventreur
Complainte sur l’exécution du tueur de bergers
Le tueur de bergers. Grande complainte

5. De Vacher à Bouvier
de Bertrand Tavernier (interview)

6. La complainte de Bouvier l’éventreur
de Jean-Roger Caussimon

Index
Sources
Bibliographie

Vacher l’éventreur. Archives d’un tueur en série, Grenoble, éditions J. Millon, 2079, 774 p + 96 pages d’illustrations couleur.

Page de présentation sur le site des éditions Jérôme Millon

Comptes rendus :

K-Libre (M. Amelin) « La bible du serial killer à la française »
Historia (D. Lefebvre) « Un tueur aux amours vaches »
Libération (D. Kalifa) « Dans la gueule du loup »
En attendant Nadeau (P. Artières) « Crimes complets ou morceaux choisis »
Babelio (Chrysanthème)
Criminocorpus (N. Derasse)

 

 

Le chant des crimes. Les complaintes de l’affaire Vacher

Le chant des crimes Marc Renneville éditions GaelisLivre à paraître en 2021 aux éditions Gaelis.

Synopsis :

Ce livre musical raconte une affaire criminelle par la succession des complaintes qui s’y rapporte. L’affaire choisie est celle de Joseph Vacher, tueur de bergers qui sévit dans le Sud-Est de la France entre 1894 et 1897. Vacher est l’un des premiers tueurs en série français. Égorgeur, violeur, éventreur, son mode opératoire et sa prédilection pour les jeunes victimes en font le prototype du meurtrier sexuel. Joseph Vacher incarne la figure du monstre criminel contemporain.

Embarquer le lecteur dans une plongée immersive, un retour au temps de l’affaire pour approcher au plus près l’expérience sensible de la réception populaire de l’affaire. Tel est le pari. Le lecteur peut adopter au choix la position du public, en écoutant les interprétations proposées par lien interactif, ou celle de l’interprète, chanteur ou musicien, grâce aux partitions.
À lire, à écouter et à chanter.

Les éditions Gaélis ? La petite maison qui a tout d’une grande. Lancée en 2020, Gaelis Éditions porte une politique éditoriale en trois axes : musique (Christian Séguret), roman policiers historiques (Annabel Peyrard) et quotidien. Pour en savoir plus, voir son site web.

Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie. Index des noms cités

langagedescranesA
Abrantès Laure Permon, duchesse d’
Adelon Nicolas P.
Andral Gabriel
Andrieux François
Antonmarchi François
Appert Benjamin
Arago François
Aristote
Auban Camille
Augustin saint
Aulagnier François M.-A.
Azaïs Hyacinthe

B
Bacon Francis
Badiche Marie Léandre, abbé
Bailey Percival
Baillière Jean-Baptiste
Bailly (de Blois) Etienne-Marin
Balzac Honoré de
Banks Joseph
Barbe Marie-Anne
Barbé-Marbois François de, marquis
Barbier Aristide
Barrier François
Baartmann Saartje
Baudin Nicolas
Bazard Saint-Amand
Beccaria Cesare
Béclard Jules
Beldfield Henri
Belhomme Jacques-Etienne
Belin Eustache
Bell Charles
Béranger Pierre-Jean de
Béraud Pierre
Berbrugger Adrien
Berton Jean-Baptiste, général
Besnard François-Guillaume, abbé
Beunaiche de Lacorbière Jean-Baptiste
Bichat Xavier
Biett Laurent-Théodore
Bigonnet Jean-Adrien
Billod Eugène
Blainville Henri Ducrotay de
Blanchard Jean-Pierre
Blanchard Emile
Blanchet de Cherbourg M. (médecin)
Blanqui Auguste
Blondel Charles
Blondeau Hyacinthe
Blumenbach Johann-Friedrich.
Bodin Laurent
Bojanus Ludwig-Heinrich
Bonin Gerhardt von
Bonnelier Hippolyte
Bonnet Charles
Bossuet Jacques
Bottex Alexandre
Botticelli Sandro
Bouillaud Jean
Bourdois de la Mothe Edme-Joachim
Bourjot saint-Hilaire Alexandre
Brachet Jean-Louis
Braid James
Bray Charles
Brierre de Boismont Alexandre
Brillat-Savarin Anthelme
Broca Paul
Broussais Casimir
Broussais Francois J.-V.
Brown John
Brugnot Charles
Buchanan Joseph Rodes
Buffon Georges Louis Leclerc, comte de
Buonarotti Filippo

C
Cabanis Pierre J.-G.
Cadet de Gassicourt Félix
Cadoudal Georges
Cagliostro Alessandro, comte de
Caldwell Charles
Camper Petrus
Canguilhem Georges
Capo d’Istria
Cattel Eva
Carême Marie-Antoine
Cels Jacques-Philippe-Martin
Cerise Laurent
Cervantès Miguel de
Champollion Jean-François
Charles X
Charles XII de Suède
Chamisso Aldebert de
Changeux Jean-Pierre
Chapelain Pierre
Chateaubriand René de
Chérubini Salvador
Choiseul Claude-A.-G., duc de
Chomel Auguste
Choris Louis
Cloquet Hippolyte
Cloquet Jules
Colburn Zérah
Colombat Marc
Condillac Etienne Bonnot de, abbé
Combe Andrew
Combe George
Comte Auguste
Conrad Joseph
Considérant Victor
Constant Benjamin
Contèle
Cook James
Corvisart Jean-Nicolas
Courtet de Lisle Victor
Cousin Victor
Crébassol Antoin
Croce Benedetto
Cubi y Soler Mariano
Curtius
Custine Delphine de Sabran, marquise Armand de
Cuvier Georges
D
Dagonet Henri
Dannecy Matthias
Dantan Jeune Jean-Pierre dit
Dante Alighieri
Daubenton Louis-Jean-Marie
Daumier Honoré
Daunou François P.-C.
David d’Angers Pierre-Jean
Davy Humphrey
Debierre Charles
Debout Emile
Decazes Elie, duc
Dehaene Stanislas
Déjazet Virginie
Delavigne Casimir
Delasiauve Louis
Delessert Gabriel A.-M.
Delmas André
Demangeon Jean-Baptiste
Descartes René
Desgenettes René Nicolas, baron
Desgraz César
Desmarets Pierre-Marie
Destutt de Tracy Antoine comte de
Deville James
Dinocourt Théophile
Dorval Marie
Doudeauville Ambroise, Polycarpe de la Rochefoucauld, duc de
Douin Sophie
Double François
Dubois d’Amiens Frédéric
Dubosc Pierre
Duchène ou Duchesne (de Givors)
Ducorps Louis-Jacques
Ducpétiaux Edouard
Dumas Alexandre (père)
Dumas Charles-Louis
Duméril Constant
Dumont d’Urville Jules S.-C.
Dumoutier Alexandre
Dupasquier Alphonse
Dupin André Jacques (dit aîné)
Dupont de Nemours Pierre-Samuel
Dupont de l’Eure Jacques-Charles dit
Dupoty Michel-Auguste
Dutouquet Ernest

E
Edwards Williams Frédéric
Eichthal Gustave d’
Eldir Alina, princesse d’
Eliot George
Enfantin Prosper Barthélémy dit le Père
Escoussé Victor
Esquirol Jean-Etienne-Dominique
Esquiros Alphonse
Etienne Henri
Etoc-Demazy Gustave

F
Fabre François
Falret Jean-Pierre
Faucher César
Faucher Léon
Ferri Enrico
Ferrus Guillaume M.-A.
Fichte Johann Gottlieb
Fieschi Giuseppe
Florens Jean
Flourens Pierre
Fodéré François-Emmanuel
Foissac Pierre
Fontaneilles François-Philibert
Fossati Giovanni
Fouché Joseph
Fouquier Pierre Eloi de Maisseny
Fourcroy Antoine François de
Fourier Charles
Foville Achille-Louis
Fowler Lorenzo N.
Fowler Orson S.
Foy Maximilien-Sébastien, général
Foyatier Denis
François II (de Habsbourg-Lorraine)
François IV, duc
Franklin-Berger Victor
Frapart N. N.
Frère Ph-A., abbé
Freycinet Louis de

G
Gage Phineas
Gaimard Paul
Gall François-Joseph (passim)
Gallois Napoléon
Galton Francis
Gannal Jean-Nicolas
Garay de Monglave Eeugène de
Garnier-Pagès Etienne
Garnot Prosper
Gaubert Pierre
Gavarni Sulpice-Guillaume chevalier dit Paul
Gensoul Joseph
Gentil Paul
Geoffroy saint-Hilaire Etienne
Geoffroy saint-Hilaire Isidore
Georget Etienne-Jean
Gérard François, baron
Gérando Joseph-Marie de, baron
Géricault Théodore
Gervais (de Fresville) Gabriel Florentin
Girardin Emile de
Gisquet Henri
Goethe Johann Wolfgang von
Gratiolet Pierre
Grégoire XVI, pape
Grégoire Henri, dit l’abbé
Grégoire de Nysse
Grimes Stanley
Gromier Emile
Guérin Jules
Guerry André-Michel
Guislain Joseph
Guizot François

H
Hallé Jean-Noël
Hammel Henning
Hamy Ernest-Théodore
Harel Charles
Haydn Joseph
Hegel Georg Wilhem Friedrich
Herder Johann Gottfried
Hermann Jean
Hombron Jacques-Bernard
Homère
Hugo Victor
Hutin Philippe

I
Imbert Fleury

J
Jacquinot Charles-Hector
Jacquinot Honoré
James Constantin
Janin Jules
Joséphine de Beauharnais
Jullien Marc-Antoine

K
Kant Emmanuel
Karr Alphonse
Koechlin André
Koreff David-Ferdinand
Kotzebue August von
Kotzebue Otto von

L
Labbey Théodore
Laborde Alexandre, comte de
Lacassagne Alexandre
Lacenaire Pierre-François
Lacordaire Henri
Laënnec René-Théophile-Hyacinthe
Lafargue Jules
Lafayette Marie-Joseph Mortier, marquis de
Laffitte Jacques
Lallemand François C.
Lamarck Jean-Baptiste
Lamarque Maximilien, général
Lamartine Alphonse de
Lammenais Félicité de
La Rochefoucauld-Liancourt François-Alexandre-Frédéric, duc de (père)
La Rochefoucauld-Liancourt François-Armand-Frédéric duc de (fils)
Laromiguière Pierre
Larrey Dominique Jean
Las Cases Emmanuel (père), comte de
Las Cases Emmanuel de (fils)
Lasteyrie du Saillant Charles, comte de
Latour Amédée
Laubmeyer
Lavater Johann-Caspar
Lazanski, comte
Lebras Auguste
Ledru-Rollin Alexandre-Auguste Ledru dit
Legouvé Ernest
Legrand du Saulle Henri
Lélut Louis-Francisque
Lemaire Philippe-Joseph-Henri (sculpteur)
Lemaire L.C. ( ?) médecin
Lemoine
Lenoir Alexandre
Le Pelletier de Saint-Fargeau Ferdinand-Louis-Félix.
Le Rousseau Julien
Le Roy Georges
Lesson René-Primevère
Le Tasse
Leuret François
Linné Carl von
Liszt Frantz
Littré Emile
Locke John
Lombroso Cesare
Londe Charles
Longet François A.
Louis-Philippe
Louis XVIII
Louis XV
Lucas Charles
Luchet Auguste

M
Magendie François
Mahul Alphonse
Maine de Biran Marie-François Gonthier de Biran dit
Mangiamèle Vito
Manuel Jacques A.
Marc Charles-Chrétien-Henri
Marchal de Calvi Charles
Marquet Vasselot Louis-Augustin-Aimé
Maussion Alfred, comte de
Mège Jean-Baptiste
Mesmer Franz-Anton
Metternich Clément, prince de
Michaud Joseph-François
Michel-Ange
Mirabeau, Riquetti Gabriel Honoré, comte de
Mirbel Charles-François Brisseau de
Molière
Moreau Hégésippe
Moreau Louis-Ignace
Moreau-Christophe Louis-Mathurin
Morel Bénédict-Augustin
Morton Samuel
Moulin Bernard
Musset Alfred de

N
Napoléon Ier
Napoléon III
Niederhauser John

P
Parent-Duchatelet Alexandre
Passy Hippolyte
Peisse Louis
Penot Achille
Périer Casimir
Péron François
Perrin Anthelme
Pétrarque
Pichart François-Louis
Pierquin (de Gembloux) Claude
Pietri Constantin de, abbé
Pigault-Lebrun (pseudonyme de Pigault de l’Epinoy) Charles-Antoine-Guillaume
Pihan Delaforest Ange Augustin Thomas
Piis Antoine-Pierre-Augustin
Pinel Philippe
Pinel-Grandchamp Félix
Poe Edgar A.
Ponsard François
Portal Antoine
Potocki A. comte
Potter Louis de
Pressat J. E.
Proudhon Pierre-Joseph

Q
Quetelet Adolphe
Quoy Jean-René-Constant

R
Rabelais François
Rachel Elizabeth Félix dite Mlle
Racine Jean
Raphaël
Rasori Giovanni
Raucourt de Charleville, colonel
Rayer Pierre
Récamier Anthelme C.
Récamier Juliette
Rémusat Paul de
Renan Ernest
Retzer Joseph Franz von, baron
Reynier Joseph
Ribot Théodule
Richerand Anthelme
Richard David
Robert le Jeune
Robin Paul
Roquemaurel Louis de
Rostan Louis
Rouget de Lisle Claude
Rousseau Jean-Jacques
Royer-Collard Hippolyte
Rush Benjamin

S
Sabatier Raphaël-B.
Sade, Donatien Alphonse François, marquis de
Saint-Aignan Auguste
Saint-Simon Claude-Henri de
Saint-Ursin Marie de
Sainte-Beuve
Sand George
Sandras Claude Marie Stanislas
Sarlandière Jean-Baptiste
Savary Félix
Scott Walter
Scoutteten Henri-Joseph
Scribe Eugène
Sénac Jean-Baptiste
Serres Etienne
Sestini Benedetto
Shelley Mary
Soemmerring Samuel Thomas von
Spurzheim Johann-Caspar
Stendhal
Streicher Andreas
Sue Eugène
Sunderland La Roy

T
Taine Hippolyte
Talleyrand Charles-Maurice
Tanchou Stanislas
Tellier François
Tenon Jean-René.
Ternaux Guillaume, baron
Théroigne de Méricourt Anne-Josephe
Thiers Adolphe
Topinard Paul
Treille Maurice
Trompeo Benedetto
Trousseau Armand

V
Valentin Gabriel Gustav
Van Gennep Arnold
Varole (Varolio) Costanzo
Vatimesnil Henri de
Velpeau Alfred
Verdier (de la Sarthe) Jean
Vicq d’Azyr Félix
Vidocq Eugène-François
Vieussens Raymond
Villèle Joseph, comte de
Villermé René-Louis
Vimont Joseph, comte de
Vincendon-Dumoulin Clément-Adrien
Virey Julien-Joseph
Voisin Félix
Volney Constantin-François Chasseboeuf de Boisgiray dit
Voltaire

W
Wins Camille
Wurtz Jean-Geoffroy

Z
Zach Franz Xaver Freiher von
Zender Joachim D. L.

 

Histoire de la phrénologie Marc Renneville

Mais au fait, qu’est-ce que la phrénologie ?

Voir la page du livre Le langage des crânes. Histoire de la phrénologie

 

Le langage des crânes. Une histoire de la phrénologie

Marc Renneville Histoire de la phrénologie première édition

Avez-vous la bosse des maths, de la poésie ou de la peinture ? Cet inconnu présente t-il la bosse du crime ou celle de la ruse ?
De 1800 à 1850, certains savants peuvent répondre à ces questions. Et pour le prouver, ils tâtent des têtes de génies (Napoléon…), de criminels (Lacenaire…) et de fous. Leur théorie est vérifiée par l’examen de milliers de moulages et de centaines de crânes récoltés à Paris, Londres, à Berlin, en Inde et en Océanie. Sûrs de leur bon savoir, les phrénologistes oeuvrent pour un monde meilleur, peuplé de génies, de criminels amendés et de fous guéris.
Défendue par de nombreux médecins, politiciens et artistes, la phrénologie oscille pendant un demi-siècle entre science légitime et technique divinatoire, avant de tomber dans un discrédit total.

Reléguée au statut de science occulte puis longtemps oubliée, elle semble actuellement renaître de ses cendres. Des neurobiologistes contemporains lui rendent justice d’avoir établi le principe des localisations cérébrales et d’éminents scientifiques estiment qu’elle a été la première science de l’homme rationnelle.
Qu’en est-il exactement ?
Riche de nombreux documents méconnus ou inédits, ce livre est une contribution originale au débat. Il vous invite à refaire le parcours des premiers phrénologistes, à partager leurs victoires et leurs déboires. Grâce à cette lecture participante, vous pourrez apprécier en connaissance de cause les réalisations et les rêves de nos savants (fous ?).

Ce livre a obtenu le prix du « meilleur ouvrage » de la Société française d’histoire de la médecine (2000). L’édition est épuisée. Une version mise à jour et augmentée est disponible  au format poche aux éditions La Découverte (2020).

Extraits de la revue de presse

« C’est un livre tout-à-fait passionnant »
Michelle Perrot , « Les lundis de l’Histoire », France-Culture, 9 octobre 2000.

« La phrénologie, cette science des bosses, est la plupart du temps moquée, caricaturée. On n’en garde que la fameuse bosse des maths, ou bien la bosse du crime […]
Pourtant, comme le suggère l’historien Marc Renneville, suivre de près la vie à la fois courte et longue de cette discipline est un jeu de miroir […]
Son travail historique, à la fois fouillé et attrayant, en fait découvrir l’étrange parcours »
Gaëtane Chapelle, Sciences Humaines, n° 108, août-sept. 2000.

« L’essentiel de l’ouvrage est de montrer comment, en dépit de ses outrances ou de ses errements, la phrénologie marqua une étape importante dans l’histoire culturelle et sociale du premier XIXe siècle […] « Science positive dans une époque romantique », la phrénologie demeurait peuplée de fantasmes, de figures exotiques et parfois fantastiques. A sa manière, elle exprimait pourtant cette ambition volontariste et somme toute bienveillante qui animait le premier XIXe siècle : réduire l’inexplicable ou l’inacceptable à la raison scientifique »
Dominique Kalifa, Libération, 29 juin 2000.

« Le langage des crânes se lit comme un roman : l’écriture fait vivre cet invraisemblable qui a bien eu lieu. La complexité des personnages appelle l’identification ou le refus. L’ironie, l’humour noir de compassion et de révolte sourde, est inquiétude d’auteur qui suscite celle des lecteurs […]
Pire qu’un bon roman, la réalité est parfois un cauchemar continu. Renneville suggère que cette science dissoute en 1848 a infiltré les mentalités. L’héritage s’évalue selon les conceptions des sciences. Si l’on croit à leur pureté, la phrénologie aura transmis la localisation cérébrale à l’anthropologie et la neurobiologie (on oubliera ce qui n’est ni vrai ni éthique). Si l’on aborde l’ensemble des fonctions d’un savoir, elle aura influencé d’autres programmes d’examen et de gestion de la population, au nom du bien : anthropologie, eugénisme, éthologie, sociobiologie… »
Laurent Loty, Le Monde des Livres, 1er septembre 2000.

Deux comptes rendus en ligne :
Frédéric Chauvaud, Revue d’Histoire du 19e siècle, 2001, n° 22
Consulter le compte-rendu en ligne sur le site de la revue :
http://rh19.revues.org/document268.html

Jean-Pierre Peter, Annales. Histoire, Sciences sociales,
janvier-février 2001, n° 1, p. 218-220.
http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/ahess_0395-2649_2001_num_56_1_279943_t1_0218_0000_3