Itinéraire d’une utopie : une exposition sur les bagnes

Le musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré a rouvert ses portes en septembre 2006 avec une exposition sur l’histoire des bagnes intitulée « Itinéraire d’un utopie ».

expobagne2007-1Présentation officielle de l’exposition :

Après la fermeture des bagnes portuaires de Toulon, Brest et Rochefort, le gouvernement français décide d’ouvrir des bagnes coloniaux en Guyane, de 1852 à 1938, et en Nouvelle-Calédonie, de 1867 à 1897. Cette nouvelle politique répond à deux utopies de l’époque : le développement colonial et l’élimination de la métropole des indésirables qui pourront par ailleurs bénéficier du salut par le travail. À partir de 1873, Saint-Martin-de-Ré devient l’antichambre de ces bagnes, là où les condamnés attendent d’être expédiés outre-atlantique.

expobagne2007-3La muséographie très moderne de l’exposition fait du visiteur non seulement un observateur mais également un témoin voire un acteur virtuel de l’histoire ici racontée. Et pour mieux l’immerger dans la réalité de ce passé, l’image et le son sont très présents : des films d’archives inédits, des extraits de reportages radiophoniques, des photos, des bruits et des ambiances sonores restituent une part de l’environnement politique, culturel et social de cette période.
Le caractère inédit des images et des films présentés, le choix d’un musée tourné vers les nouvelles technologies font que cette exposition jette un nouveau regard sur l’histoire pénitentiaire française.
Il ne s’agit pas de faire revivre le drame de ce pan de l’Histoire nationale mais de dégager de la visite des outils pour s’interroger et pour débattre.

Cette exposition est visible jusqu’en septembre 2007. Pour toute information complémentaire concernant l’accès au musée et les animations autour de cette exposition, voir le site du musée.

Mon avis : à ne pas manquer si vous passez sur l’île !

expobagne2007-2Dans le cadre de cette exposition, le Musée Ernest Cognacq de Saint-Martin-de-Ré organise jusqu’en septembre 2007 une série de conférences et de projections :
28 mars 2007, à 19h : « Un Communard en Nouvelle-Calédonie »
par Anne-Laure Jamouillié, historienne. Projection du documentaire « Nouvelle-Calédonie, colonie pénitentiaire ».

20 avril 2007 : « Sud-Ouest porte des Outre-mers » : des zoos humains aux présences actuelles des Suds »
par Pascal Blanchard, historien. Projection du documentaire « Zoos humains ».

16 mai 2007 : « Femmes bagnardes »
par Odile Krakovitch, conservatrice et historienne.

28 mai 2007 : « Les ombres du bagne »
La projection du film sera suivie d’une discussion avec les réalisateurs du film (sous réserve)

15 juin 2007 : « Dreyfus au bagne »
par Vincent Duclert, historien.

15 septembre 2007 : « La fin du bagne »
par Danielle Donet-Vincent, historienne.

26 septembre 2007 : « Les prêtres réfractaires au bagne sous la Révolution »
par Céline Ronsseray, historienne.

Musée Ernest Cognacq
13, Avenue Victor Bouthillier
17410 Saint-Martin-de-Ré
tel : 05-46-09-21-22

Cette exposition étant terminée, vous pouvez en visiter une autre, permanente et en ligne, réalisée par l’Association Meki Wi Libi Na Wan (Vivons ensemble).


icone_expo_2_150Réalisé en collaboration avec Criminocorpus, cette exposition propose un parcours virtuel du camp de la relégation de Saint-Jean-du-Maroni. Elle comprend de nombreuses photos des lieux ainsi que des documents issus du Service des Archives départementales de Guyane, des collections du Musée Balaguier de la Seyne-sur-Mer et de collections privées (Franck Sénateur – Association Fatalitas, Louis Roure).

Visiter l’expo en ligne

Bonjour

Ce site a été ouvert en 1998.

Il était alors destiné à présenter mes travaux et, plus encore, à servir de support aux cours que je dispensais à l’Université Paris 8 Vincennes à Saint-Denis, et à l’UF d’ethnologie de Paris 7. Mes premiers pas en informatique remontent au ZX81 puis, pendant mes études, un PC 8088 avec le mythique DOS 3.3 (bôf, je pouvais déjà comparer avec les profs avancés, qui possédaient des Mac !) et, très tôt, l’accès au courrier électronique, grâce au support du CCR (centre de calcul et de recherches) de Jussieu, où j’étais étudiant.

Cette première version du site proposait des plans de cours, des documents sources (retranscrits ou en mode image), des exemples de (bons) travaux d’étudiants (résumés, fiches de lecture…)  et des outils destinés à faire découvrir aux étudiants de licence de Paris 8 les ressources du web appliqués à l’histoire (recherche et enseignement).

Le site était basé sur un modèle libre de droit « mesHead ». L’original révisé (version 2002) de ce modèle graphique est toujours visible ici. L’adaptation avait été réalisée par mes soins avec le Composer de la défunte suite Netscape et des touches de CodExpert, abandonné depuis lui aussi.

Le site ressemblait à cela :

site_V1site_V1_1

L’arrêt de l’enseignement « Atelier web » rendit ce site moins utile. Entre-temps, j’avais ouvert le premier site de la Société française pour l’histoire des sciences de l’Homme (sur le serveur multimania) puis les pages, temporaires, du département « Recherche » de l’École nationale d’administration pénitentiaire. Tout ceci en HTML « dur ».

En 2005, le lancement de Criminocorpus sous la direction technique du CRHST (Centre A. Koyré) m’incitait à maîtriser l’administration du CMS SPIP. Quelle évolution ! Passer du code à une interface graphique proche d’un traitement de texte… Je décidais peu après de l’appliquer à mon site personnel. La transition entre le code initial et le SPIP étant très laborieuse, beaucoup de pages ont été perdues entre la V1 et la V2 du site !  De cette V2 SPIP, je n’ai conservé que le bandeau :

bandeauSPIP_600

En 2006, j’ouvrais également un blog sur Lemonde.fr, afin d’expérimenter la possibilité d’alimenter un « carnet de recherche » en ligne, consacré à une étude en cours sur une affaire criminelle : l’affaire Delafet. En voici le bandeau :

blog

Première expérience sur un WordPress bridé mais opérationnel. Le temps et les circonstances se sont chargés de réduire l’ambition initiale : après quelques articles, mon essai de récit hypermédia s’est très vite trouvé à un point mort, lié à l’impossibilité de consulter certaines archives. Début 2011, cette étape n’était toujours pas dépassée. L’actualité de ce carnet/récit est littéralement, depuis 2007, une page vide… Je l’ai fermé en 2009 et intégré sur ce site dans le cadre d’une rubrique (Affaire Delafet)

Dans le même temps, l’équipe de Revues.org préparait une prestation de « carnets » scientifiques à grande échelle qui allait donner naissance à la plateforme « hypotheses.org ».

A l’automne 2008, j’ouvrais pour le compte du portail Criminocorpus un « carnet de recherche » dont la fonction était plutôt de proposer des billets sur l’actualité du domaine. Cette solution était portée par WordPress, que j’ai pu ainsi comparé à SPIP, pendant plusieurs mois.

En 2009, j’ai basculé ce site personnel de SPIP en WORDPRESS en adaptant un squelette libre de droit (Simple Scheme Mag) avec l’aide de Camille Lazare.

J’espère que la version actuelle durera… le plus longtemps possible.

MERCI POUR VOTRE VISITE !